Chargement ...

L’association « Santé Sidi El Houari » menacée de dissolution


L’association « Santé Sidi El Houari » risque de cesser ses activités, après une trentaine d’années d’existence. Dans un communiqué rendu public, l’Association alerte l’opinion de la volonté de l’administration à l’interdire d’activités, informant qu’elle fait l’objet d’une demande de dissolution introduite par le wali d’Oran, Said Sayoud, auprès du tribunal administratif d’Oran.

« L’association Santé Sidi El Houari porte à la connaissance de la société civile, de ses amis et ses partenaires qu’elle fait l’objet d’une plainte visant sa dissolution déposée par le wali d’Oran devant le tribunal administratif », a réagi l’Association, précisant qu’il lui est reproché de recevoir des financements étrangers sans l’accord préalable des autorités compétentes.

L’Association, qui n’infirme pas expressément avoir bénéficié de financements étrangers, se dit prête à mener la bataille judiciaire pour «  défendre son image et son intégrité et ses droits par tous les moyens légaux » et ce « par respect aux lois et institutions de la République ».

Le cri de détresse de l’association est entendu, puisqu’elle bénéficie déjà d’un élan de solidarité. L’Association « Santé Sidi El Houari » a été créée en 1991 par des citoyens mobilisés pour la réhabilitation et la préservation du patrimoine de la ville d’Oran. Son premier noyau avait réuni des médecins, des infirmiers et des architectes, tous animés par une volonté  d’éviter que la ruine n’ait raison des sites historiques de la ville, comme les bains turcs ou l’hôpital du Campement.

Mais au fil des années, l’association a développé de nombreuses autres activités en direction des jeunes, à travers des ateliers d’apprentissage notamment. Cet important acteur de la vie associative risque de disparaître. Une disparation qui étendra un peu plus le désert culturel.