Chargement ...

Massacre au Niger : 203 civils tués en moins d’une semaine


Le Niger a été une nouvelle fois victime de l’une des pires attaques contre de civils ces dernières années. 137 personnes ont été assassinées dimanche 21 mars à la suite d’une série d’attaques menées par un groupe armé non identifiées dans le département de Tillia (région de Tahoua), au nord-ouest du pays.

Selon le communiqué du gouvernement publié lundi 22 mars au soir, « dans l’après-midi du dimanche 21 mars, les localités d’Intezayane, Bakorat, Woursanat et plusieurs autres hameaux et campements situés dans le département de Tillia, région de Tahoua, ont fait l’objet d’une attaque perpétrée par des bandits armés ». Elles ont « entraîné la mort de 137 personnes ».

Les assaillants ont tiré à bout portant sur les civils et ont emporté également le bétail.

Ces attaques n’ont pas été revendiquées, même si elles ont lieu dans une région menacée par le groupe djihadiste de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS).

Ce massacre de Tillia fait suite aux attaques perpétrées par un groupe à la sortie du marché hebdomadaire de Bani-Bangou dans la région de Tillabéri, proche de la frontière malienne. 66 personnes avaient tué, ce qui fait plus de 300 victimes civiles en moins d’une semaine.

Après ce massacre, l’armée nigérienne avait déployé des renforts dans la région du Tillabéri. Un contingent tchadien de 1200 soldats qui fait partie de la force conjointe du G5 Sahel sera déployé dans la région dite des « trois frontières ». Le G5 Sahel est un cadre institutionnel de coopération régionale qui regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Le gouvernement nigérien a décrété hier trois jours de deuil national à partir du mardi 23 mars.