Chargement ...
Madjid Serrah

Madjid Serrah

Madjid Serrah, 32 ans, journaliste basé à Tizi Ouzou. Licencié en Lettres et Littérature anglaise de l’université de Mouloud Mameri. Il s’est reconverti au journalisme après une expérience à la Ligue Algérienne des Droits de l’Homme et une autre formation en communication et société à l’ESSEJ (2016). Il a travaillé pour le site d’informations Yagool en 2014 et il a collaboré avec le site Observe Algérie. Il est également blogueur intéressé par la culture, les droits de l’Homme et les libertés.


Toutes les contributions



Printemps berbère : un ex-détenu témoigne à Twala

29 avril 2021

Arezki Abboute est l’un des animateurs du printemps berbère et premier militant à être arrêté par la Sécurité militaire avec 23 autres camarades militants . Il a été condamné par la Cour de sûreté ...


Législatives : La Kabylie se dirige vers un boycott pour la troisième fois consécutive

29 avril 2021

La Kabylie s’apprête à un boycott des élections législatives pour la troisième fois consécutive. Zoom sur les enjeux et les interactions qui attendent la région.


Walid Kechida : « Internet, le réseau des opprimés »

15 avril 2021

« Le mème est un outil pédagogique unique pour informer les gens sur des idées et des concepts auxquels ils n'auraient peut-être pas accès d'une autre manière. Il est utile de ...


La littérature amazighe, du printemps berbère aux prix de l'Etat

21 janvier 2021

La littérature amazighe est venue au monde sous le manteau du militantisme. Elle est passée par plusieurs étapes, du printemps berbère à la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale et officielle, sans que l'on ...


Hocine Louni : Écrire en tamazight reste toujours une question de militantisme

21 janvier 2021

Hocine Louni, romancier et traducteur en langue tamazight, est considéré comme l'un des noms qui se sont octroyés une place dans la littérature tamazight ces dix dernières années. Twala l'a interviewé ...


Air Algérie navigue à terre

19 décembre 2020

Entre un effectif qui dépasse largement ses capacités et qui passe généralement par la corruption et la « Maarifa » et la pandémie liée au Coronavirus qui lui a causé des pertes ...